23 oct. 2015

Astérix 36 : Le Papyrus de César !


 Vous n’avez pas pu passer à côté, le nouvel album des aventures d’Astérix vient de paraitre !
 C’est le second album paru depuis qu’Uderzo a cédé sa place à de nouveaux auteurs ; les désormais célèbres Jean-Yves Ferri (à l’écriture) et Didier Conrad (au dessin).
 Le coup d’essai avait eu lieu en 2013 avec « Astérix chez les Pictes » qu’Uderzo avait supervisé (il co-signait d’ailleurs la couverture avec Conrad et avait rédigé une courte introduction avec Anne Goscinny.) La grande réussite de cette aventure chez les Pictes était incontestable et tout le monde semblait séduit. La logique réclamait donc un nouvel épisode. Cette année, nous découvrons « Le Papyrus de César »…
 
 A la disparition de René Goscinny, Uderzo avait repris le flambeau et s’était chargé seul de faire vivre son héros. N’en déplaise à certains, les épisodes d’Uderzo en solo comportaient des aventures mémorables ! « La rose et le glaive », « Latraviata », « L’Odyssée d’Astérix »… Mais force est de constater que les trois dernières parutions sentaient tristement l’épuisement et s’appauvrissaient considérablement… « La Rentrée Gauloise » et « L’Anniversaire d’Astérix et Obélix » se présentaient comme des anthologies qui fonctionnaient avant tout sur l’héritage de la série et jouait principalement avec la nostalgie, sans pour autant proposer quelque chose de nouveau et qui pourrait potentiellement conquérir un nouveau public tout en rassasiant les fervents lecteurs ! Il y eut aussi « Le ciel lui tombe sur la tête » qui laissait un arrière-gout de déception. C’était une histoire étrange et peu convaincante, qui mettait en scène l’arrivée d’un extra-terrestre dans le monde du petit gaulois. Un faux pas ? Presque ! Toujours est-il qu’Uderzo a fini par se rendre à l’évidence. Il lègue son Astérix à Ferri et Conrad ! Quand la question de ce relai lui était posée par des journalistes, il répondait simplement qu’aucun parent ne souhaiterait voir son enfant mourir avec lui. De nobles paroles pour une sage décision !
« Astérix chez les Pictes » était énergique, drôle et inventif ! Le héros des français n’avait pas visité de nouvelles civilisations et autres pays antiques depuis ces belles aventures « Chez Rahazade » ! Nouveaux personnages, nouveau décor, la magie des épisodes d’Astérix en voyage reprend de plus belle ! D’autant que la communauté Pictes (les Ecossais) n’avait pas encore été exploitée. C’est une vague de modernité que nous trouvions alors. Ainsi qu'une joie de découvrir un Astérix plein de vie et dopé à la potion magique !
 On pouvait se demander si cet exploit relevait de la chance… Mais « Le papyrus de César » vient aujourd’hui confirmer le talent des nouveaux auteurs ! Dans ce nouvel opus, César vient de rédiger ces fameux « Commentaires sur la guerre des Gaules » et décide de supprimer un chapitre… Celui qui concerne les irréductibles gaulois !
 Résolument politique et d’une modernité totale (notamment dans les nouvelles inventions nominatives telles que Kefélapolis, Rézowifix, Antivirus…) cette aventure confronte une nouvelle fois nos Gaulois à Jules César ! Les thèmes de l’Histoire, de la censure et du pouvoir des médias sont abordés avec un certain géni et les planches proposent une succession de gags et de jeux de mots autour de la communication, des télécommunications, du journalisme et du transport. Nous en apprendrons plus sur la passé de Panoramix et les éléments incontournables seront introduits avec une brillante fluidité (les bagarres du village, les pirates etc…).  Une réussite totale ! Drôle et intelligent, ce « Papyrus de César » promet un bel avenir à Astérix ! On ne manquera pas de saluer la dédicace à Uderzo et Goscinny en fin d’album, qui sont ici introduit au récit par Ferri et dessinés par Conrad !
 On espère désormais qu’il ne faudra pas attendre deux ans avant de découvrir le prochain épisode…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire